La CTM : Collectivité Territoriale de Martinique

Actions sur le document

La Collectivité Territoriale de Martinique (CTM)

— Mots-clés associés : Captage*, , Eau potable*

La Collectivité Territoriale de Martinique est une collectivité qui a pour vocation de se substituer à la région et au département de la Martinique. Cette nouvelle collectivité reprend à son compte toutes les compétences exercées jusqu’alors par le conseil régional et le conseil général. La CTM Martinique apporte donc son appui technique et financier aux communes pour les installations de production et de distribution d’eau potable et participe activement aux actions du Schéma départemental d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE*).

Elle assure un service départemental de prélèvement, de stockage (barrage de Saint-Pierre, barrage de la Manzo...), de distribution, d’entretien des réseaux d’eaux, de mise en place de périmètres de protection de captages et de suivi de la ressource.

Elle a réalisé l’usine de traitement d’eau potable de Vivé, des infrastructures portuaires et maritimes, le Périmètre Irrigué du Sud Est, la construction et à l’entretien des appontements départementaux et exploite l’unité de production d’eau potable de la Capot.

Elle possède deux prises d’eau brute, sur la rivière Capot à Ajoupa Bouillon, et sur la rivière Lézarde pour l’alimentation de l’Usine de Directoire (SICSM) et du barrage de la Manzo.

Coordonnées :

Rue Gaston Defferre

Cluny CS 30137

97201 Fort-de-France CEDEX

Tel : 0596 55 63 00

Visitez leur site :

http://collectivite-territoriale-martinique.com

et le portail Inf’eaux : http://www.infeau.cg972.fr/




 

Glossaire des mots associés à la page

Schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE)

Document de planification de la gestion de l'eau établi pour chaque bassin ou groupement de bassins, qui fixe les orientations fondamentales permettant de satisfaire à une gestion équilibrée et durable de la ressource en eau, détermine les objectifs assignés aux masses d'eau et prévoit les dispositions nécessaires pour atteindre les objectifs environnementaux, pour prévenir la détérioration de l'état des eaux et pour décliner les orientations fondamentales. Les SDAGE, approuvés pour la première fois en 1996 en application de la loi sur l'eau de 1992, ont été mis à jour fin 2009 pour répondre aux exigences de la directive cadre sur l'eau (DCE). Ils incluent désormais les plans de gestion prévus par cette directive. Le SDAGE est élaboré et adopté par le comité de bassin, et approuvé par le préfet coordonnateur de bassin. Le secrétariat technique de bassin constitue l'instance technique en charge de rédiger les éléments constitutifs du SDAGE. Il est établi pour la durée d'un cycle de gestion de six ans (2010-2015, 2016-2021, 2022-2027...) et est accompagné d'un programme de mesures qui identifie les mesures clefs permettant d'atteindre les objectifs définis. Les programmes et les décisions administratives dans le domaine de l'eau ainsi que les schémas départementaux de carrières (SDC) doivent être compatibles, ou rendus compatibles, avec les dispositions du SDAGE. Les schémas de cohérence territoriale (SCOT), les plans locaux d'urbanisme (PLU) et les cartes communales doivent être compatibles, ou rendus compatibles dans un délai de trois ans, avec les orientations fondamentales et les objectifs de qualité et de quantité définis par le SDAGE.

Captage

Dispositif par lequel on puise (source, sous-sol, rivière) l'eau nécessaire à un usage donné.

Eau potable

Eau propre à la consommation, ne contenant aucun germe pathogène. L'eau prélevée directement dans le sol ne peut pas toujours être bue telle que. Elle doit être contrôlée et éventuellement purifiée avant d'être distribuée chez l'usager. Ses caractéristiques sont définies par la directive européenne de 1998, reprise en droit français.